EDT 2019 005

Weekend « Etape du Tour 2019 »

  • Nous voici partis, ce vendredi après-midi avec Tof et Véro (notre plus grande supportrice), direction Courchevel, où nous attendent nos hôtes, Christine et Stéph R.

 

 

 

Nous sommes accueillis comme des princes par les Russo, dans un super appart … vue sur la montagne et les tremplins de sauts à ski de Courchevel (impressionnants !!!).

 

EDT 2019 002Le lendemain matin, direction Albertville pour visiter le village du tour et commencer à s’imprégner de l’ambiance. On y croise des gars plus affûtés les uns que les autres… comme on ne le sera jamais… ça met un peu la pression, même si on n’avait pas trop besoin de ça au vu du profil de l’étape qui nous attendait.

Après avoir récupéré Stéph N. à la gare de Moutier et après un bon petit repas préparé par Christine, nous allons dérouler les jambes dans le col de la Loze (2304m), accompagnés par Christine, Véro et un couple d’amis des Russo.

 

Stéph R. nous a affirmé que c’était un col plutôt tranquille, idéal pour évacuer les toxines accumulées la veille dans la bagnole. Et bah il s’est bien planté …EDT 2019 003 même si on ne l’a pas débuté du pied, il nous reste bien 14km avec un bon 6% de pente moyenne et surtout des rampes atteignant parfois les 20%. Bien difficile et irrégulier par ce versant mais, dans la descente vers Méribel, on s’est vite rendu compte que l’autre versant (celui que va emprunter le Tour en 2020) était encore plus difficile… mais tellement beau.

 

Après ce super moment, retour à l’appart, apéro et repas de bonne heure pour être frais pour le lendemain !

Réveillés aux aurores pour ne pas être à la bourre, on a tous une petite boule au ventre. On ingurgite le p’tit déj et les filles nous amènent à Albertville, départ de notre périple.

EDT 2019 007

 

Stéph R. et son pote Fred vont dans leur sas. Avec Tof et Stéph N., on va s’installer dans le nôtre. Il y a 16 sas. Le premier (élite) part à 7h. Le départ du 10 (celui de Stéph R.) part à 8h15 et le dernier, le 15 (le nôtre) part à 8h52. Autant dire qu’on a eu le temps de se raconter pleins de trucs avant le départ.

 

Enfin, à 8h50, on est lâché. Les jambes veulent tourner, et elles le font vite (peut-être un peu trop) jusqu’à Beaufort, au pied du EDT 2019 014premier col, le Cormier de Roselend (cat 1 - 1968m – 19,9km à 6%).

 

Celui se monte bien. Avec Stéph N. et Tof, on est bien motivé. Le rythme est régulier. On fait les couillons, on met un peu d’ambiance dans ce flot de cyclistes, certains joyeux mais d’autres déjà dans le dur, très concentrés sur leur effort.

 

EDT 2019 008

On rattrape Stéph R. au bout de 9km d’ascension. On reste avec lui 2min puis on reprend notre rythme.


Sur la fin, on perd un peu Tof qui, nous dit-il, a pris des photos … On le récupère au ravito, en haut du col qui nous a offert des paysages magnifiques, et, étant encore frais, on a pu en profiter.

Nous attaquons la descente, très rapide dans sa première moitié et très technique dans la seconde. Arrivés en bas, nous commençons à ressentir la chaleur. Tof nous fait une petite crampe sortie de nulle part. On attend qu’elle passe et nous voici partis jusqu’à Bonnegarde pour une bonne partie de vallée, pas si plate que ça, dans laquelle nous n’avons pas trop trainé, en essayant de ménager quand même la cuisse de Tof.

Arrivés à Bonnegarde, nous attaquons le deuxième chantier… la côte de Longefoy (cat 2 – 1190m - 6,6km à 6,5%).

Dans ce col, on part devant avec Stéph N., Tof y prenant son rythme. Arrivés au bout des 6,6km, il nous reste quand même 4 bornes, qui grimpent encore pour arriver à Notre Dame du Prés. Là, je commence à moins faire le malin. En haut, les jambes sont lourdes. Stéph N. est mieux, même si, comme d’hab, il me dit qu’il est sur le point de mourir…

On attaque une descente splendide, l’une des plus belles qu’il m’ait été donné de faire. Que des lacets, bien serrés. Je mets du rythme, essaye de soigner au mieux les trajectoires et tout passe à super. Plaisir !!!

Je prends un peu d’avance sur Stéph N. qui me rattrape dès qu’on arrive dans la vallée qui nous amène à Moutiers, au pied de notre dernier ascension. Au ravito, on récupère Tof sous 39°C… Etouffant... On ne traine pas à se remettre en route.

Nous voici au pied de la monté finale … Val Thorens et ses 33km à 5,5% pour une arrivée à 2365m, le hors catégorie de l’étape.

Les 10 premiers kilomètres sont très durs avec des pentes avoisinant souvent les 10% et surtout une chaleur étouffante. On perd vite Tof. Il y a du monde arrêté de partout. Chaque coin d’ombre est pris d’assaut par des cyclistes à bout ayant mis pieds à terre et attendant la voiture balais.

Je commence à être vraiment dans le dur et au bout de 7km d’ascension environ (il en reste 26 …), je laisse filer Stéph N.

A partir de là, tout n’a été que gestion de la douleur, de la motivation. Je ne voulais pas m’arrêter, malgré des périodes nauséeuses, le jambes lourdes, de peur de ne plus pouvoir repartir. Il fallait tourner les jambes.

On profite de la gentillesse des spectateurs et des riverains qui nous donnent à boire, qui nous arrose pour nous rafraichir.

En arrivant au dernier ravito, je croise Stéph N. qui en repartait. Ça me motive un peu mais loin de moi l’idée de sauter le ravito et d’essayer de suivre son rythme. Je m’arrête. J’essaie d’avaler une barre énergétique, de bien boire et je repars pour les 15 bornes restantes …

EDT 2019 019

Arrivé aux Ménuires, je commence à reprendre un peu espoir. En ski, avec les remontées, ça se fait bien Les Menuires-Val Thorens. Mais l’espoir est de courte durée. Après une petite descente bienvenue qui nous fait sortir de la station, on aperçoit, très haute, très loin, la station de Val Thorens … et tout le chemin qui nous reste à parcourir pour y arriver. Encore une petite fracture du moral.

 

J’arrive tant bien que mal à l’entrée de la ville, sans savoir qu’il me restait encore un bon 500m à 10% dans les graviers avant de franchir la ligne. A ce moment-là, heureusement qu’aucun membre de l’organisation n’était à ma portée … je pense que je lui aurai mis un bourre pif …

 

Finalement, je passe la ligne en 8h28min (5114/10159), 20 minutes derrière Steph N. en 8h11min (4490/10159), qui a super bien gérer sa montée. Bien content de leEDT 2019 016 retrouver en haut !!!


EDT 2019 012

 

Transis de froid, on attend Tof, qui a souffert sur ce dernier col. Sûrement déshydrater, il a dû s’arrêter à plusieurs reprises mais est finalement arrivé en haut. Il arrive en 10h (8483/10159). Il a fallu un long moment pour qu’il reprenne des couleurs, le jeune.

  • C’était encore un super moment, une superbe épreuve partagée avec de supers potes.

Un grand merci à Christine et Véro qui nous ont soutenus et véhiculés.

 

Merci à vous tous qui nous avez suivis et encouragés durant l’étape, via WhatsApp

Un remerciement tout particulier aux Russo pour leur gentillesse et leur accueil.

Sylvain.

  

  • LogoCCB_WowSlider
  • EDT_2019-001
  • EDT_2019-002
  • EDT_2019-003
  • EDT_2019-004
  • EDT_2019-005
  • EDT_2019-006
  • EDT_2019-007
  • EDT_2019-008
  • EDT_2019-009
  • EDT_2019-010
  • EDT_2019-011
  • EDT_2019-012
  • EDT_2019-013
  • EDT_2019-014
  • EDT_2019-015
  • EDT_2019-016
  • EDT_2019-017
  • html5 slideshow
  • EDT_2019-019
jquery image slider by WOWSlider.com v8.8